Tag - verger du pays de monein

Fil des billets - Fil des commentaires

Concours international de la photo culinaire - J2

De retour du Concours international de la photo culinaire...

Les festivités sont terminées, retour au bercail. Sur les genoux. Littéralement. Mais tellement ravi. Car, c'était bien. Plus que bien. Épuisant, certes. J'ai voulu compter les heures de sommeil. Je n'aurais pas dû, je crois. Six heures, à tout casser. En trois nuits. Répartition : 3/3/0. Ouais, nuit blanche pour finir en beauté, histoire de ne pas louper la navette de 4h45 à Lurbe St Christau et le train de 6h15 à Pau. Faut s'qui faut !

Après le démarrage en fanfare au premier jour et une nuit des plus courtes, nous prenons la direction d'un lieu de rêve au cœur des vignes du Château Smith Haut Lafitte, grand cru classé de Graves. Il ne manquait que le soleil pour illuminer le petit déjeuner royal servi aux Sources de Caudalie par le chef Nicolas Masse, qui sera de la fête pour l'événement de la journée : un véritable Road "Food" Movie à travers toute l'Aquitaine à la rencontre des producteurs de la région.

IMG_1882-1.JPG

J'avale vite fait un café, un nectar de pêche de vigne d'Alain Milliat qu'on croirait tout juste passé, une figue fraîche et moelleuse, une chiffonnade de jambon fondant sur le palais. On joue parfois un peu des coudes avec la foule - la même que la veille, voire un peu plus nombreuse encore - pour atteindre les madeleines qui font débat entre les chefs, ou les crêpes que je trempe dans le café, comme si j'étais chez moi, oubliant d'un coup d'un seul le lieu prestigieux où je me trouve. Il faut dire que tous ici évoluons assez à la cool, près du bassin où s'ébattent quelques spécimens de poissons rouges. On aurait pu s'attendre à des tenues plus appropriées. Pourtant ce sont bien les bermudas et la barbe de trois jours qui font légion, jusque chez Yves Camdeborde, que l'on voit toujours si impeccable ces derniers temps dans une fameuse émission de télé-réalité. ;)

Après une répartition des protagonistes de la journée dans les voitures, j'embarque avec notre libraire préférée, Laurent Clément, photographe, et Michel, son assistant, pour suivre rien moins que Christophe Michalak. Oui, les filles, z'avez bien lu, Christophe MI-CHA-LAK ! Nous partons à la rencontre de Marie-José Casaubon, qui cultive avec acharnement, envers et contre tous, la pêche Roussanne, en plein cœur du vignoble jurançonnais, dans les vergers du pays de Monein. Et comment sais-tu que tu es dans une wouature avec un photographe ? Fastoche ! L'est le seul a piler au beau milieu d'une départementale pour shooter un point de vue exceptionnel. Genre ! :)

Alors, toi, tu sors ton appareil, tu essaies de faire de même avec les moyens du bord et là t'es hyper admiratif du talent du vrai photographe... et de la qualité indubitable de son jouet, rien moins que le FinePix X100 de Fujifilm, un appareil d'une signature incroyable, un bijou à tenir à pleine main, beau à en bousculer - OUPS ! - accidentellement son possesseur dans le ravin, dût-il y avoir un ravin et dût-il, le photographe, faire deux têtes de plus que toi ! Donc, tu respires un grand coup, voire deux, même trois, tu t'retiens quoi, faudrait voir à éviter de faire une bêtise qui t'empêcherait de profiter de cette journée au ciel bouchonné comme ce n'est pas permis, surtout quand il s'agit de tirer le portrait d'un champion du monde de pâtisserie et d'une cocasse productrice de pêches.

Arrivés sur les hauteurs de Cuqueron, nous dominons Monein et son vignoble, où je reviendrai le lendemain. Le verger se tient là, exposition sud est, entourant quelques âmes qui reposent paisiblement au cimetière sous des tonnelles qu'on dirait des arrêts d'autobus Belle Époque ; une curiosité locale, il faut croire. Des pêches au verger forcément point. La saison est passée. Pire, la saison cette année a été exceptionnellement en avance. La première récolte a eu lieu à la mi-juin, avec plus de trois semaines d'avance au programme, conditions météorologiques particulières obligent. Nous nous en accommoderons. Marie-Jo a tout prévu : elle a apporté ses pêches transformées, en sirop, en nectar, en conserve, en confiture. Elle ouvre tout, nous goûtons à tout, nous nous en délectons, pardi ! Un goût (de pêche - est-ce utile de le préciser ?) inimitable. Pendant près d'une heure, Marie-José nous raconte son amour de la Roussanne, son combat pour sauvegarder l'espèce, pour mener à bien son exploitation, sa fierté de nous recevoir et de voir la qualité de sa production reconnue, jusqu'au plus hautes strates de la gastronomie française. Cette bonne femme, dans tous les sens du terme, est incroyable de générosité. Au milieu de ce verger, il se passe quelque chose d'étrange : le temps semble s'être arrêté. Le vent même, qui courait dans les feuillages des pêchers pendant un temps, a suspendu son souffle. Pour mieux écouter les paroles de Marie-José. C'est à croire que nous touchons ici à un bout du Paradis. Croyez-vous ?...

Laurent Clément, notre photographe, a un tout autre avis sur la question : il se demande si nous n'avons pas chuté au jardin d'Éden, où Adam et Ève, des siècles plus tôt, succombèrent à la tentation en croquant le fruit défendu. On a souvent dit d'ailleurs que le fruit défendu était pomme. Combat politique des chrétiens des premiers temps pour assoir leur pouvoir. Je vous racontais il y a peu, que le fruit défendu était en réalité une figue, selon les révélations des Saintes Écritures. Pourquoi ne me serais-je pas trompé ? La pêche, fruit du pêcher... fruit du péché... il n'y a qu'un pas, que Laurent exécute sans hésitation. Le sujet de la photo est trouvé ! Après un casse-croûte improvisé avec des tomates du jardin et des pâtés et rillettes maison de Marie-José, pour sauver l'assistant-photographe du jour de l'inanition, nous partons planter le décor : trouver le plus beau des pêchers du verger, transformer un tuyau d'arrosage et un gros entonnoir jaune en serpent de la tentation, faire de Christophe et Marie-José des Adam et Ève du XXIème siècle, les gardiens du jardin d'Eden. Et cela marche ! Dieu (nous l'appelons Michel, assistant photographe qui dégaine son petit Rollei aussi vite que Lucky Luke ses pistolets, et surfeur, soit un dieu en puissance pour une certaine catégorie de la population des midinettes) est là, sur son escabeau, à trois mètres du sol, et éclaire la scène de sa lumière divine, intimant l'ordre à Adam-Christophe (à ne pas confondre avec Christophe Adam, autre pâtissier de renom, membre de la communauté des Sucrés avec Christophe Michalak) de ne pas se laisser tenter par la pêche surgelée (pour l'occasion) délicieusement posée au creux de la main travailleuse d'Ève-Marie-José. Il n'y a plus qu'à shooter à tout rompre, car l'heure tourne...

Après quelques réglages, quelques essais, la photo est dans la boîte. Et puis, non, Laurent décide d'une petite photo souvenir de cette journée mémorable au milieu du verger de Monein. Il nous invite à rejoindre Christophe et Marie devant son objectif pour le délire et nous place pour la scène... La Cène, devrais-je dire, en version trèèèès librement revisitée : pas d'tablée monumentale, pas d'apôtres, pas d'crucifixion en prévision, pas d'tunique, pas d'pain quotidien, mais un verger, des gars et des filles mélangés, des bleus d'travail, des tabliers, des polos, des basket et des bermudas, des conserves de pêche Roussanne. Nous regardons Dieu (Michel, encore lui, la peau mat et salé du gars qui revient de dompter les vagues à Biarritz) à la perche. Laurent déclenche et nous voilà à jamais posant pour la postérité... ignorant alors que nous serions à jamais postérisés. Car, à la vue de ce tableau mystique, Laurent avait trouvé sa photo, celle qui figurerait au Concours international de la photo culinaire, catégorie Producteurs du lendemain !


Cliquez pour zoomer

Certes, pas très heureux de figurer ainsi, mais bon, aussi bien entouré... Ai-je le choix ? ;)

Carnet d'adresses

SCA Les Vergers du Pays de Monein
Marie-José Casaubon
64360 Monein
Tél. : +33 (0)6 08 50 91 33
Mail : scalesvergersdupaysdemonein@orange.fr
Site : http://www.lesvergersdupaysdemonein.sitew.com

A très bientôt,

logo_tit.jpg